Les Keith pegs

A l'appel de sons et jeux originaux a répondu l'ingéniosité des musiciens. Si pour une tension donnée, diminuer la longueur de vibration d'une corde modifie la fréquence (ce qui se passe lorsqu'on appuie sur une touche), influer sur la tension de la corde en cours de jeu devient alors une alternative (utilisée par la pedal steel guitar notamment).

Certains banjoïstes avaient déjà développé une technique qui consistait à appuyer plus ou moins fortement sur la partie de la corde située entre le sillet et la mécanique. Ou plus simplement à tourner les mécaniques. Mais la justesse du son obtenu pouvait alors être aléatoire. On a donc cherché à perfectionner.

Les "Scruggs Pegs", inventées en 1953 par Earl Scruggs, sont des mécaniques supplémentaires qui actionnent une came qui tend et détend la corde, principalement sur les deux cordes dont les mécaniques d'accordage sont les plus éloignées du sillet.

En 1963, Bill Keith et Dan Bump inventent les "Keith Pegs", mécaniques qui, outre le rôle classique d'accordage, ont en plus la fonction de "Scruggs Pegs". En fait, un ingénieux petit système réglable limite la rotation de la mécanique aux deux positions haute et basse. On arrive ainsi à obtenir des variations de ton précises, de l'ordre du 1/2 ton ou de 1 (plus aussi, mais bonjour la casse !).

La technique, jusqu'avant limitée à deux cordes, a pu alors être étendue aux quatre cordes principales.
La meilleurs illustration de l'utilisation de quatre "Keith Pegs" est sans doute l'adaptation par Bill Keith de "Ce n'est qu'un au revoir".

Je vous le propose en fichier Midi, avec la tablature qui a servi à sa création. Les effets de pegs sont obtenus avec des effets type Bend, mais on retrouvera facilement les jeux de pegs à la lecture de la tablature. Il suffit de savoir qu'hormis l'intro et la variation, le morceau se joue sans jamais appuyer le moindre doigt de la main gauche sur une touche !

(Source : 5 String Banjo - B. Keith et J.M. Redon - Editions Chappell)
p g Attention
Les tablatures et les fichiers Midi sont des créations artistiques et appartiennent à leurs auteurs.
Vous n'êtes autorisés à les utiliser que dans le cadre d'études personnelles.
Origine de
la tablature
Titre  
A. GERARD
(D'après la tab de Bill)
Ce n'est qu'un au revoir
(Traditionnel - Arrangement Bill Keith)
 
Calcul de la position des frettes
en fonction de la longueur d'un diapason

Ce sujet peut être abordé à l'aide de démonstrations mathématiques très élaborées. On peut aussi ne retenir qu'une régle simplifiée qui découle des démonstrations précitées.

Cete règle simplifiée, c'est celle dite des 18, ou plus exactement des 17.8171537.
Il s'agit de calculer la position d'une frette à partir de la précédente.
Soit D1 la longueur du diapason de départ (distance sillet-chevalet)
Soit F1 la position de la 1 ère frette à partir du sillet.
F1 = D1 : 17.8171537
Il faut ensuite calculer la longueur du diapason restant, soit D2 = D1 - F1
F2 = D2 : 17.8171537
Et ainsi de suite jusqu'au nombre de frettes souhaité.

Puisqu'on s'appuie sur la frette précédente pour calculer la suivante, on pourrait penser que certaines petites erreurs de tracé seraient à chaque fois amplifiées et que cela aboutirait à une imprécision préjudiciable à l'oreille. Mais il y a plusieurs moyens de se contrôler en cours de route vers le chevalet, notamment en additionnant les positions théoriques de plusieurs frettes pour vérification. Par ailleurs, on sait que la 12ème frettes est à la moitié du diapason à vide.

Le petit utilitaire qui suit calcule et indique les distances (en mm) en fonction de la longueur de diapason de départ. (On se limitera à 2 chiffres après la virgule, le 100 ème de mm paraissant largement suffisant)

Entrez la longueur en millimètres de la distance sillet-chevalet :

Nombre de cases :


   





img
img